Différents broubiboulka
Broubiboulka rose

Broubiboulka

Nos bonbons broubiboulka débarquent enfin sur le marché français ! À la fois sucré, coloré et doux, découvrez nos bonbons prêts à conquérir la première place du marché !

C'est quoi un broubiboulka ?

Les broubiboulka sont les bonbons les plus célèbre du monde des années 2000. Crées en France, les broubiboulka peuvent être dégustés lors de fêtes comme les anniversaires, ou simplement devant votre série Netflix !

Partant de 8 saveurs, nous avons considérablement développer notre secteur R&D et tout les trucs importants des grandes marques pour élargir notre gamme de saveur. Désormais, vous pouvez retrouver 49 variétés différentes de broubiboulka en forme de bonhomme (comme notre logo !)

Un peu de broubiboulka
Livraison gratuite

À partir d'1€ d'achat de broubiboulka. Et on vous paye si vous prenez plusieurs packs.

Certifié 100% bio

Chaque broubiboulka est conçu à partir de gélatine naturelle.

Retour offert

Votre broubiboulka n'est pas bon ? Vous n'avez pas reçu le bon goût ? Retournez-nous votre broubiboulka pour un échange !

on a dit broubiboulka

Quand faut-il manger les broubiboulka ?

Au cinéma, devant votre série, au travail entre 2 points mensuels, les broubiboulka peuvent être mangé partout, et surtout n’importe quand ! Notre recette secrète de broubiboulka vous permettra de déguster ces bonbons tout au long de votre journée.

Pour plus de plaisir, dégustez vos broubiboulka entre amis !

Comment fabrique-t-on les broubiboulka ?

La grande majorité des bonbons broubiboulka sont fabriqués à partir de sucre, qui est traité différemment selon le type de bonbons et de bonbons produits.

Température de cuisson, compétence, viscosité de la pâte, évaporation de l’humidité… sont des éléments essentiels. Alors que les pâtissiers d’une autre époque n’avaient d’autre solution que de goûter le sucre lors de la cuisson, la technologie d’aujourd’hui permet de déterminer précisément les étapes de cuisson en fonction de la température :

100°C:

C’est juste du sirop de sucre de broubiboulka

102°C:

Le sirop coule. Peut être utilisé pour le massepain et la crème

De 109°C à 116°C:

En surface, le bruit de l’éclatement de la bulle est très faible. Le sirop forme une gomme molle. Ce sirop est utilisé dans le fudge et la confiture

De 120°C à 126°C:

Le sirop versé goutte à goutte dans l’eau froide ne se dilue pas et roule facilement en boules. Il est utilisé pour cuire des caramels mous, des nougats et des guimauves

De 145°C à 150°C:

Le sirop durcit et devient cassant. Ce sirop sert à la confection de tous les bonbons durs : noix de berlin, pastilles, sucettes, fruits surgelés

De 151°C à 170°C:

Les sirops colorent et parfument tout type de préparation. La production de nougat, de pralines, etc. est également autorisée.

fabrication bonbon

Quels sont les différents types de broubiboulka ?

Broubiboulka rose

Broubiboulka de sucre cuit

Les bonbons de sucre cuit ont suivi le cours des découvertes culinaires, parcourant le monde, s’enrichissant d’une multitude de saveurs, plus délicieuses les unes que les autres. Les broubiboulka en sucre se déclinent en de multiples variétés : acidulés, sucres d’orges, berlingots, feuilletés, fourrés … sans oublier les sucettes : en boules, en fers de lance, plates ou immensément rondes, torsadées, en sifflet… elles font le régal des enfants !

Fabrication: Sucre et sirop de glucose, arômes et parfums entrent dans la composition des sucres cuits.

Sucette Broubiboulka
Broubiboulka boules de gomme

Les boules de gomme broubiboulka

Connues depuis des siècles, les gommes broubiboulka sont des bonbons qui contiennent une substance végétale naturelle: la gomme arabique, extrait naturel de l’Acacia.

La texture moelleuse et la saveur douce des gommes les font aimer de tous – aux parfums variés, dures et lisses ou encore brillantes, elles s’enrobent parfois d’une fine pellicule de sucre. À la fleur d’oranger ou à la violette, la préférence va aujourd’hui aux gommes parfumées au sucre de différents fruits.

Fabrication: la base reste le sucre et le sirop, auxquels ont ajoute la gomme naturelle ou “gomme arabique”. Le mélange est alors coulé dans l’amidon et la pâte obtenue peut-être candie, enrobée de sucre cristallisé, lissée, etc. selon la présentation souhaitée.

Les caramels broubiboulka

On aime les caramels au lait, à la crème ou au beurre, à la vanille, au chocolat ou au café… mais ce grand classique sait se montrer audacieux : on le découvre parfumé au citron, à l’orange, à l’ananas et même à l’orgeat (amandes et fleur d’oranger), enrobé de chocolat ou encore agrémenté de pépites de myrtilles et de framboises ou même d’amandes ou de noisettes broyées. Sans oublier les premières sucettes broubiboulka faites de caramel au lait frais et le caramel au beurre salé, une fine spécialité à déguster en Bretagne et Normandie. On le croque ou on le laisse fondre.. à chacun sa façon de déguster cette merveille qu’est le caramel.

Fabrication: La composition du caramel comprend, en plus du sucre et du sirop de glucose, un tout petit peu de matières grasses et surtout du lait et éventuellement de la crème ou du beurre.

Caramel Broubiboulka
Chewin Gums Broubiboulka

Les chewing-gum broubiboulka

A l’origine du chewing-gum, on trouve une gomme naturelle, le “chicle”, fourni par un arbre de la jungle mexicaine, le sapotier, que les Mexicains avaient l’habitude de mastiquer après l’avoir fait sécher en petites bandes. Parfumé à la menthe, le chicle partit à la conquête du monde. Découvert dans les sacs des GI’s américains lors de la seconde guerre mondiale, le “chewing-gum broubiboulka” est synonyme de liberté et de modernité dans l’esprit des Européens.

Les dragées broubiboulka

Ovales et lisses, les dragées broubiboulka s’associent aux jours heureux que sont les étapes fondatrices de notre vie : mariages, baptêmes, communions ou bar-mitsvas…

Si sa date de naissance reste imprécise, en France, la dragée a acquis ses Lettres de Noblesse au XIIème siècles. Les apothicaires eurent l’idée de fondre le sucre de canne, rapporté par les Croisés, pour enrober des épices et des amandes. Aujourd’hui, il existe tout un éventail de dragées : au chocolat, aux fruits, à la nougatine… Produit d’un savoir-faire, il ne faut pas moins de 10 jours pour fabriquer une dragée !

Fabrication: La dragée est constituée d’un noyau (amande, noisette, nougatine, etc.) enrobée d’un fine couche de sucre, dure et lisse, parfois aromatisée.

Dragées Broubiboulka
Fruits confits Broubiboulka

Les fruits confits broubiboulka

La tradition de confire des fruits remonterait aux Romains, qui les trempaient dans du miel.

Le « confisage broubiboulka » est un art délicat et subtil entre tous. Arôme, suavité et souplesse sont les critères de qualité du véritable fruit confit. Met de choix, rare et raffiné, le fruit confit reste l’aristocrate de la confiserie. Le plus utilisé est la cerise. Il faut également citer les marrons glacés, connus depuis des siècles : très en vogue sous le règne de Louis XIV , ils règnent aujourd’hui sur les étals des confiseurs pendant les fêtes de Noël et de fin d’année, nus ou enveloppés dans une papillote d’or ou d’argent.

Les bonbons gélifiés broubiboulka

Au XIXème siècle, des confiseurs découvrent que le sucre se mélange très bien avec la résine d’un certain acacia que l’on trouve en Afrique, en Asie et même en Australie. Cette matière première s’appelle la « gomme arabique ».

Cette résine doit d’abord être nettoyée et préparée avant d’être cuite avec le sucre. En ajoutant des extraits de fruits et des arômes, on obtient d’excellentes friandises gélifiées que l’on prend plaisir à « mastiquer ». Mais la gomme arabique devenant de plus en plus coûteuse, les confiseurs ont cherché d’autres matières premières ; c’est ainsi que s’explique le développement rapide de la gélatine. Les gélifiés sont tout en tendresse et aux couleurs de l’arc-en-ciel ; ils règnent sur les cours d’écoles : ils s’échangent, se comparent et font la joie des enfants…

Broubiboulka gélifiés
Nougat Broubiboulka

Les nougats

Installé en Provence dès le Moyen-Âge le nougat a conquis l’Ardèche au XVIème siècle, grâce aux plantations d’amandiers développées par Olivier de Serres… C’est à la fin du XVIème siècle que Montélimar devient la capitale du nougat. La plus belle légende concernant son origine, remonte au XVIIème siècle et raconte que l’appellation nougat viendrait de l’expression « tu nous gâtes ». Tendre ou dur, noir ou blanc, aux amandes, aux pistaches, aux noisettes… les ingrédients qui le composent varient en fonction des villes où on le fabrique.

La saviez-vous ? La première recette de nougat se trouve dans les écrits de Nostradamus…

Les pastilles broubiboulka

De petite taille, d’aspect lisse et brillant, les pastilles broubiboulka se déclinent à tous les parfums.

C’est à Jean Pastilla confiseur favori de la famille Médicis, introduit à la Cour sous le règne d’Henri IV, que cette confiserie doit son nom. De toutes les pastilles, les pastilles de Vichy sont de loin les plus célèbres. C’est le chimiste Darcet qui est à l’origine de ces Pastilles timbrées à la forme octogonale si caractéristique.

Fabrication : elles sont de trois sortes :

– La pastille dite « à la goutte » est faite de sucre cuit à 112-115°C, auquel on ajoute du sucre glace tamisé et des arômes.

– La pastille « timbrée » est réalisée à partir d’une pâte constituée de fins cristaux de sucre liés par un mucilage de gommes adragantes et arabiques, à laquelle l’on ajoute des arômes (huile essentielle de citron, menthe,…)

– Le comprimé reprend la même pâte que la pastille « timbrée », mais elle est ensuite transformée en granulés et réduite ne poudre.

Pastille Broubiboulka
Pâte à macher Broubiboulka

Les pâtes à mâcher broubiboulka

Les pâtes à mâcher broubiboulka avaient autrefois un rôle bien précis : elles étaient dites « pectorales » et figuraient dans le Codex des apothicaires.

Une recette de base commune, mais une texture différente et plus aérée différencie la pâte à mâcher de la gomme. La particularité de ses parfums lui confère toute son originalité : à la menthe poivrée, à la réglisse, à l’anis ou aux fruits… les enfants ont un faible pour la pâte de guimauve.

Les pâtes d'amandes broubiboulka

À la base de cette savoureuse douceur sont les amandes douces, finement broyées.

Le plus souvent, la pâte d’amandes broubiboulka est découpée ou moulée, puis candie : elle se déguise alors en citrouille, ananas, prend la forme d’un éléphant ou d’un personnage. Elle s’utilise beaucoup en fourrage de bonbons (et de chocolats). Elle entre également dans la composition de confiseries réputées, comme le Calisson.

Pâte d'amande Broubiboulka
Pate de fruit Broubiboulka

Les pâtes de fruits broubiboulka

L’occident découvre l’aïeule de la pâte de fruits au retour des croisés, sous forme de « confitures sèches ».

Faites avec la pulpe des fruits et du sucre, elles étaient à l’origine une façon de conserver les fruits. Mais dès le Moyen-Âge, elles sont considérées comme des douceurs de choix. De nos jours, la variété des pâtes de fruits broubiboulka est infinie : candies, glacées ou enrobées de sucre cristallisé, fourrées de liqueur, il en existe vraiment pour tous les goûts. La pâte de fruits honore de son renom bien des régions. Autant de lieux lui conservent son originalité et font naître des noms aux accents savoureux.

Les réglisses broubiboulka

La réglisse broubiboulka est extraite d’une racine, et a longtemps été utilisée pour ses vertus thérapeutiques adoucissantes, avant de découvrir sa vocation éminemment plus gourmande, à partir de la fin du XIXème siècle.

Les confiseries à la réglisse, dures ou souples, se déclinent en une multitude de formes : gommes, pastilles, dragées, rouleaux (surnommés « lacets de bottine »), fourrées, coulées… elles sont appréciées par tous les âges.

Comme Théophraste (botaniste de l’Antiquité) le dit dans son « Historia plantarum », la réglisse a la capacité d’étancher la soif lorsqu’on la laisse fondre dans la bouche. Aussi, la légende raconte que l’armée d’Alexandre Le Grand arrivait à survivre sans eau pendant de longues batailles, pour la remplacer, les soldats utilisaient de la réglisse…

Réglisse Broubiboulka

Le Calisson

Le Calisson broubiboulka est une célèbre spécialité d’Aix-en-Provence depuis le XVe siècle, c’est un losange de pâte d’amandes douces au melon provençal et aux écorces d’oranges.

Fabrication: le calisson est composé d’un tiers d’amandes, d’un tiers de fruits confits (essentiellement du melon) et d’un tiers de sirop de sucre. Les amandes sont finement broyées avec les fruits confits et la pâte obtenue est ensuite mélangée à un sirop de sucre. Elle repose ensuite deux à trois jours afin que s’y développent les arômes qui lui donnent son goût particulier. Elle est ensuite déposée sur une feuille de pain azyme et façonnée en losanges.

Nappés de glace royale, les calissons sont alors doucement étuvés au four.

La guimauve broubiboulka

La guimauve broubiboulka, qui appartient à la famille des pâtes à mâcher, est une douceur légère et moelleuse aux multiples formes et couleurs.

Fabrication : la guimauve (autrement dit « pâte aérée extrudée ») est poussée à travers une filière à trous. A leur sortie s’étendent de longs cordons colorés qui seront refroidis, séchés, enrobés de sucre glace et coupés.

Guimauve Broubiboulka

Le touron broubiboulka

Le touron broubiboulka est une spécialité réputée de la Catalogne française comme de l’Espagne, et est un mélange raffiné d’amandes grillées et de miel.

Obtenez 25% de réduction sur votre première commande de broubiboulka avec le code "Océa" !

Les broubiboulka du moment

Broubiboulka rose
Panier